• slide5
  • slide 2017
  • slide 2017
  • slide 2017
  • slide 2017
  • slide 2017
  • macr

Articles

La légende de Gustine Maka


Un jour, il y a tellement longtemps que personne ne saurait plus préciser la date, des jeunes gens, avec à leur tête “Djingou l'fossî”, se rendirent au “Bonalfa”, massif boisé aux abords de Vielsalm, à la recherche de myrtilles, fruits sauvages que l'on trouve dans nos forêts d’Ardenne.

Cette année-là, l'hiver ayant été rude et les gelées s'étant prolongées tard dans le printemps, les myrtilles n'étaient pas abondantes. Après avoir cherché en vain pendant des heures et des heures, Djingou décida qu'il valait mieux retourner bredouille que de continuer à chercher dans la nuit ces baies introuvables.

En redescendant du Bonalfa, nos jeunes rencontrèrent Gustine Maka, une vieille femme pittoresque, qui passait pour être une “macralle”, terme wallon désignant une sorcière, une jeteuse de sorts, une personne ayant des pouvoirs maléfiques.

Cette rencontre n'aurait rien eu d'extraordinaire si Gustine Maka n'avait été porteuse d'un “tchenna” (panier) rempli de myrtilles. A les voir ainsi pétrifiés d'étonnement, Gustine rit sous sa cape et leur dit ”Vîno beure on p'tit henna è magnî do tchatcha” (Venez boire un verre de genièvre et manger du “tchatcha”, sorte de nectar fait de myrtilles fraîches écrasées).

Les jeunes gens ne purent résister à une invitation si tentante. Mal leur en prit car, ces myrtilles miraculeuses étant “emmacrallées”, ils furent transformés à leur tour en "Macralles"


 

Go to top