• slide 2017
  • slide 2017
  • slide 2017
  • macr
  • slide 2017
  • slide 2017
  • slide5

Le Sabbat


Chaque 20 juillet et durant 24 heures, les“Neurès Bièsses” (les Macralles) prennent symboliquement possession de la clef de la ville, et se rassemblent sur les rochers du Tiennemesse pour y tenir leur Sabbat en présence de leur maître, le“NeûrBo”(le bouc noir), qui n'est autre que le Diable.
Cette cérémonie attire chaque année plus de 2.000 spectateurs. Les macralles s'y vantent, dans le patois local, de leurs activités néfastes perpétrées au cours de l'année, dont les cibles sont très diverses.

Dès 19h30, animations musicales et visuelles dans les rues de Vielsalm


A 21h30: prise des clés de la Ville; les macralles envahissent le parc communal! Au cours d’un scénario revu chaque année, elles s’emparent de la clé au grand dam du bourgmestre et du garde champêtre. Elles exigent alors le pouvoir pour une durée de 24 heures.



Les "Neurès Bièsses" (les macralles) se rassemblent ensuite au lieu-dit Tiennemesse. Elles passent en revue événements et anecdotes cocasses de la vie locale et régionale. Le diable, Neûr Bo (bouc noir) préside cette cérémonie pleine de magie, d’épouvante et de rires. Chaque année, plus d’un millier de spectateurs assistent à ce véritable son et lumière.
 


Moments forts du Sabbat:

- l'arrivée par les airs de sorcières,  à l'aide de leur balai bien sûr!
- la mise en place du chaudron où sera concoctée la potion emmacrallée, le "tcha-tcha"
- l’arrivée du diable sur un authentique corbillard
- les intronisations de personnalités,  saluées par les trompes de chasse et les artifices
Sans oublier les différentes tentatives plus ou moins habiles du Garde Champêtre ("l'Emmacrallé") qui essaye, sans grand succès faut-il le dire, de mettre fin au Sabbat et tente de faire régner l'ordre public!
Qui a assisté au Sabbat dans le passé ne doit pas craindre de revoir les mêmes choses d'année en année ! En effet, le Sabbat change au fil des ans. Si nous nous efforçons toujours de conserver une trame commune aux diverses représentations, nous cherchons surtout en permanence à ne pas lasser les fidèles spectateurs, notamment grâce à l'utilisation de nombreux accessoires et déguisements, ainsi que des musiques adaptées et composées par notre équipe technique. Les éclairages et une pyrotechnie étudiée permettent de mettre en scène les moments forts du sabbat, pour valoriser le jeu des acteurs et les effets visuels.
Les "Neurès Bièsses" profitent également de ce spectacle son et lumière pour introniser certaines personnalités, tant locales que nationales, et leur conférer ainsi le titre de "Baron des Frambâches".
Le rituel d'intronisation consiste à faire déguster aux futurs Barons le "tcha-tcha" (potion à base de myrtilles écrasées) et à leur faire enfourcher et balai et répéter la phrase qui va les "emmacraller" pour toujours:
Sôte, Mirôte, oût hayes èt bouchons!
   




Toutes les personnes intronisées depuis 1956 sont:

files/introniss(1).docx


Au Sabbat sont également intronisées les jeunes Macralles surnommées les " loumerottes ". Les loumerottes ne deviennent de véritables Macralles qu'après deux ans d'apprentissage.
Après le sabbat, une réception est organisée et regroupe tous les membres du groupe des Macralles, ainsi que les Barons des Frambâches et les sympathisants. L'occasion pour tous de se retrouver, et de signer le Livre d'or, véritable trésor illustré par de nombreux dessinateurs, plus prestigieux les uns que les autres…


                                                     SABBATINE
 
 
To rid’hindant do (dè) Bonalfat (bis)
Dju rescontrin Gustine Maka
 
Ah! Ah! Ah! Ah!
 
Refrain
Tchoum, la, tchoum, la, tchoum, la, tchoum (4x)
 
Dju rescontrin Gustine Maka (bis)
Qu’aveu dès frambâches plin s’tchèna
 Ah ! Ah ! Ah ! Ah !
 
Qu’aveu dès frambâches plin s’tchèna (bis)
Abèye, abèye, èle nos houka
Ah !Ah ! Ah ! Ah !
 
Abèye, abèye, èle nos houka (bis)
Po v’ni hufler on p’tit hèna
 ! Ah ! Ah ! Ah !                                              
 
Po v’ni hufler on p’tit hèna (bis)
Et po magnî dès crèvés rats
Ah ! Ah ! Ah ! Ah !
 
Et po magnî dès crèvés rats (bis)
Qu’èstis mahî à dè tcha-tcha
Ah ! Ah ! Ah ! Ah !
 
Qu’èstis mahî à dè tcha-tcha (bis)
Cu fout Djingou qui ataka
Ah ! Ah ! Ah ! Ah !
 
Refrain
 
Cu fout Djingou qui ataka (bis)
Adon turtos on s’y mèta
Ah ! Ah ! Ah ! Ah !
 
Adon turtos on s’y mèta (bis)
Et en macralle èle nos candja
Ah ! Ah ! Ah ! Ah !
 
Et en macralle èle nos candja
Dispôy c’djoû là on fêt l’sabbat
Ah ! Ah ! Ah ! Ah !
Extrait du journal Germinal de 1960
 
On chante la Sabbatine qui est le modèle des chansons cramignonnantes folkloriques.
Elle dit :
Tot rit’hindandant dè Bonalfat
Dja rescontrin Gustine Maca
Qu’aveu des frombâhes plin s’tchenna
Abeye, abeye, elle no houka
Po v’ni hufler on p’tit henna
Et po magnî dès crèvés rats
Qu’estév mahi a dè tcha-tcha
Si fou Djingoux qui attaqua
Adon turtos on s’y metta
Et en macralle elle no candja
Dispoye cu djou on fèt l’sabbat
 
Vous bissez naturellement chaque phrase, vous ajoutez des tchoum la la et des ah, ah en dansant la ronde infernale
 
 
Propos de Milou Renard
Quant à la chanson, Robert Chatelain transcrivit la musique avec seulement qqs bribes connues et mémorisées par M.Archambeau, l’ancien coiffeur et un certain M.Raphaël. Ils avaient Gustine Maca. On compléta la contine.
En 1960,la 2° trancription réalisée par Mme Thise Derouette, musicologue, trouva sa place dans la musique typiquement folklorique. ET c’est finalement elle qui effectua la dernière partition à la façon des »Cri-Cri »
 
Avant 1956, il existait à Vielsalm, des bribes de contine et quelques faits légendaires d’un personnage pittoresque. Les personnes âgées l’avaient connue ; elle avait comme surnom Gustine Maka. C’était une pauvre vieille femme que l’on disait un peu socière. Elle mendiait sa pitance et traînait derrière elle un chariot ardennais dans lequel elle entassait tout ce qu’elle trouvait. Gustine Maka vécut à la fin du siècle dernier.




Go to top